La lumière de l'océan

Posted by Benoît "badetitou" Verhaeghe on May 17, 2020

Un jeune enfant était entrain de se baigner dans le calme océan. Il prenait plaisir, sur le bord, à sentir l’eau venir s’écraser sur son torse. Prendre du sable déjà mouillé, faire une petite colline avec le sable. Colline qui s’effondrera à la prochaine, inévitable, attaque de l’océan sur la terre. Un château, un fort, un tunnel… l’enfant était plein d’imagination et n’aspirer qu’à continuer le plus longtemps possible. “On y va” crièrent ses parent. Le désastre, la fin d’un moment de bonheur, il ne veut pas. Il décide alors de s’enfuir, part vers la mer alors que les parents sont occupés à ranger les affaires. Il court, court, nage, enfin.. patauge, puis avale un peu d’eau, puis un peu plus, et se retrouve la tête sous l’eau. Une lumière verte, et tout d’un coup, une force mystérieuse le sort de l’eau et le ramène sur terre ferme. “Qui qui, qui êtes-vous ?” demande alors l’enfant. La sauveuse commença : “Qui je suis n’est pas important, c’est l’océan qui t’a sauvé aujourd’hui.” “Comment ça ?”


Il y a fort longtemps, j’étais une petite fille de ton âge, je m’amusais comme toi au bord de l’eau. Je jouais avec le sable, je regardais l’océan. Ce que je préférais, c’étais chercher et regarder sous l’eau les petits poissons. Les autres, les grands, me trouvait bizarre parfois. J’étais la seule enfant à ne pas marcher dans l’eau pour éclabousser les autres. Je ne sais pas pourquoi, je trouvais que l’océan devait rester calme, alors, mon but c’était de marcher dans l’eau sans faire de vague ni d’éclat.

Plus grande, mes parents ne me voyaient pas beaucoup les soirs et les week-ends. J’étais tous le temps dans l’eau, d’ailleurs, au village, on m’appelait le poisson. Mais, je ne faisais pas très attention. Un soir, l’orage a éclaté. Moi, innocente, je regardais l’orage et je profitais des gouttes d’eau qui commençait à ruisseler sur mon visage. C’est agréable, l’eau. Alors que je me baissais pour ramasser un joli coquillage qui avait la forme d’une étoile, une énorme vague c’est écrasée sur la plage. Je me suis fait emporter dans l’océan.

Alors je décida de nager pour remonter à la surface, un objectif en tête, rejoindre la plage, rejoindre la plage, la plage… La tête hors de l’eau, je voyais la lumière qui venait du village. Mais tout de suite, une vague me surprend, me retourne dans tous les sens. Je suis désorientée. Je me bâterai jusqu’au bout.

Ce n’est qu’aprés une éternité, enfin… quelque minutes mais tous semblait si long, que j’aperçus une lumière sous l’eau. Je sais que c’est bizarre, mais mon instinct m’a dit d’aller la voir. Elle était profonde alors je pris une grande inspiration, je retins m’a respiration et je commençai la longue descente. La lumière était belle, verte et lumineuse. Elle était diffuse dans le vaste et trouble océan.

J’étais encore loin de la lumière, mais je commençais à entendre une son. Comme un chant sous l’océan. Et tout d’un coup, plus rien, plus de lumière, plus de bruit. J’ai regardé vers le haut, plus de lumière non plus… Je fermai les yeux.

Je sentis alors quelque chose sur ma jambe, puis sur mon torse. Un énorme poisson-serpent m’avait pris sur son dos. Il me ramena à la surface. De l’air, j’arrivai à reprendre respiration. Puis on fit des sauts entre mer et ciel. Le meilleur souvenir de ma vie. Alors que mon nouvelle amie me ramena sur la terre ferme, j’avais compris, j’ai rencontré l’esprit des océans.

Plus grande, j’ai décidé de devenir responsable du phare, et je le suis encore. Contrairement à mes collègues, je n’écoute pas la radio pour entendre des informations des bateaux. Je regarde au loin dans l’océan à la recherche d’une lumière verte. La lumière de mon ami.

L’enfant compris que la lueur vu plus tôt était celle de l’océan. Il décida alors de suivre les pas de sa sauveuse.